Chapelle ukrainienne Saint-Jean-Baptiste

| par
Ville : Canton de Potton
Catégorie : Lieu historique, Patrimoine bâti, Patrimoine religieux
Crédit photo : Association du patrimoine de Potton

Vorokhta et la chapelle ukrainienne Saint-Jean-Batiste

Au nord du hameau de Vale Perkins dans le canton de Potton, sur le chemin du Lac, une petite place attire le regard des visiteurs. Un écriteau l’annonce : Vorokhta ou Bopoxta en ukrainien.

En 1954, Ivan et Stefania Telishewski, deux immigrants venus d’Ukraine, s’établissent dans le canton de Potton qui, avec ses montagnes, leur rappelle les paysages de leur village natal, Vorokhta. Il s’agit d’un endroit célèbre de villégiature situé à 850 mètres au-dessus du niveau de la mer, au centre ouest de l’Ukraine dans les montagnes de l’Europe centrale, les Carpates. Le village ukrainien de Potton compte jusqu’à une trentaine de familles. Les Bodnar, Monczak et Telishewski en sont les piliers.

La chapelle Saint-Jean-Baptiste

Conformément à leur tradition religieuse, soit catholique de rite oriental, les Ukrainiens de Potton bâtissent, dès 1954, une petite chapelle dédiée à Saint-Jean-Baptiste. Ce nom est choisi parce qu’il est le saint patron du Québec, de Ivan (Jean) Hawryluk, vicaire général responsable au Québec de l’Église ukrainienne et de Ivan (Jean) Telishewski, le propriétaire des lieux. Il faut la doter d’une cloche pour appeler les fidèles à l’office. Ayant appris que le Canadien Pacifique se défait de ses vieilles locomotives à vapeur, munies d’une cloche, un des ouvriers ukrainiens demande au vicaire Ivan Hawryluk, d’écrire aux dirigeants de la compagnie de chemins de fer, à Montréal. Ces derniers répondent aussitôt qu’une cloche leur sera envoyée par train, à la gare de Highwater, à Potton. Ivan Hawryluk s’y rend, tout heureux, pour la quérir. Mais il lui faut l’aide de trois hommes pour la soulever!

En 1985, pour célébrer le millénaire de l’Église ukrainienne de Kiev, capitale de l’Ukraine, les citoyens de Vorokhta décident d’agrandir la chapelle. Myron Monczak, ingénieur, né en 1924 et décédé en 2010 en dessine les plans et lui donne la forme architecturale typique des églises en bois des Carpates. Il prend pour modèle l’église de la Nativité de la Vierge Marie construite au 17e siècle à Vorokhta en Ukraine. Pour loger la fameuse cloche, baptisée André ou Andriy – Андрій, les Ukrainiens dressent un clocher qui lui est réservé selon la coutume pour les églises en bois.

Depuis quelques années, les lieux sont une propriété privée. Toutefois, il est possible d’admirer l’œuvre depuis le chemin du Lac. La description qui suit permet de comprendre la beauté de cet édifice même si son accès est pour l’instant privé.

Une porte d’entrée ou brama — брама permet d’accéder à la chapelle bâtie au sommet d’une colline. Malheureusement, elle doit être relevée. Une croix ou khrest — xрест et le clocher ou dzvinytsya — дзвіниця, pour la cloche André ou Andriy — Андрій , encadre la chapelle ou kaplytsya — каплиця. Tant le clocher que la chapelle sont construits en bois. De structure carrée, l’édifice est coiffé d’une cascade de toits triangulaires surmontés d’une tour hexagonale surplombée par une coupole ronde portant une croix sur un petit dôme.


Source : Association du patrimoine de Potton

Ajouter des descriptions historiques

Afin de favoriser du contenu riche et constructif, chaque complément historique soumis pour cette fiche sera signé des nom(s) et prénom(s) de son auteur et devra être approuvé par un modérateur avant d'être affiché sur le site.