Le marais de la Rivière-aux-Cerises

| par
Ville : Magog
Catégorie : Patrimoine industriel, Paysage naturel
Crédit photo : Ursula Julve

Les différents barrages construits à la décharge du lac Memphrémagog ont influencé l’histoire du marais de la Rivière aux Cerises. Le premier à influencer le niveau du lac Memphrémagog fut celui de la Magog Textile and Print Co. construit en 1882 et 1883. Fait de bois et de pierre, la force de l’eau qu’il contient alimente l’usine de textile et c’est à cette époque que l’eau du Lac commence à monter. Avec la modification du niveau d’eau, les terres humides longeant la Rivière-aux-Cerises couvrent alors de plus en plus de territoire…

De 1877 à 1888, la voie ferrée reliant Magog à Waterloo traversera le cœur du Marais, beaucoup plus petit à l’époque. La voie ferrée est aménagée à grand renfort de remblais et de pieu de bois. En 1887, la Canadian Pacific Railway se porte acquéreur de la voie ferrée traversant Magog. Inquiète de l’augmentation du niveau d’eau dans le Lac et le Marais due aux travaux de 1882, la compagnie décide alors de modifier le parcours du chemin de fer. La nouvelle voie contourne le marais pour longer la route 112, son emplacement actuel. Durant un an, la voie traversant le marais ne sert plus qu’à transporter les matériaux qui serviront à construire la nouvelle voie. Elle sera finalement démantelée en 1888. Les vestiges de la première voie ferrée sont toujours visibles à quelques endroits sur le territoire du Marais et certaines sections des sentiers pédestres du Marais utilisent aujourd’hui l’ancien tracé du chemin de fer.

En 1897, la municipalité de Magog, en collaboration avec la Dominion Textile construit le premier barrage hydroélectrique et par le fait même, fait doubler la superficie inondée du marais de la Rivière aux Cerises. C’est en 1920 qu’un nouveau barrage fait de béton est érigé, il s’agit de l’actuel barrage hydroélectrique desservant la ville de Magog. Suite à cette construction, le niveau d’eau du Lac est tranquillement stabilisé est c’est vers 1930 que le Marais atteint son niveau actuel et le maintient.

Malgré le fait que ce marais fut créé par l’homme, il comporte toutes les caractéristiques d’un marais naturel et une biodiversité tout aussi surprenante. Il est constitué de quatre milieux naturels : marais, marécage, tourbière et boisé. Le visiteur attentif peut y découvrir plus de 151 espèces d’oiseaux, 363 espèces d’arbres, d’arbustes et de plantes, 14 espèces d’amphibiens et de reptiles, 24 espèces de mammifères,  23 espèces de poissons ainsi qu’une multitude d’espèces d’invertébrés.

Depuis 1997, la Ville de Magog prête à LAMRAC un bâtiment administratif et technique. La Ville encourage la fréquentation du site en offrant aux visiteurs un accès à un de ses stationnements publics. C’est en 1999 que les premières infrastructures ont été construites, grâce à l’aide financière de milieux privés et d’instances municipales, provinciales et fédérales. Le site a été ouvert au public en août 2000.


Source : L'Association du Marais-de-la-Rivière-aux-Cerises (LAMRAC) - 2015

Ajouter des descriptions historiques

Afin de favoriser du contenu riche et constructif, chaque complément historique soumis pour cette fiche sera signé des nom(s) et prénom(s) de son auteur et devra être approuvé par un modérateur avant d'être affiché sur le site.